Passer au contenu

Parler positivement

les leviers pour parler positivement sont simples, la difficulté c’est de le faire spontanément et naturellement
Voici quelques clés:

Les leviers pour parler positivement


Ils sont assez simples,

  • le premier c’est d’utiliser des mots qui ne soit ni noirs ni gris mais positifs, c’est une évidence mais parfois notre cerveau nous joue des tours, il faut donc l’amorcer correctement (voir ci dessous)
  • le deuxième levier c’est d’utiliser de préférence le temps du présent. L’imparfait –« je voulais savoir si …  » ou le futur vague — « je vais faire ceci, je vais m’occuper de votre dossier » induise le doute contrairement au présent « je m’occupe de vous, je traite ce dossier« 
  • Eviter les interro-négatives qui ne sont pas des questions mais des injonctions « ne devriez-vous pas faire ceci »
  • Faire des phrases courtes, cela aide à faire monter les accents toniques lorsque vous reprenez votre souffle, votre discours est tout de suite plus joyeux
  • Parler avec une syntaxe simple à comprendre : sujet verbe complément, une idée par phrase, c’est bien plus positif que les phrases alambiquées

Comment parler positivement sans avoir à réfléchir ?

Formulez-vous à vous même la bonne intention avant de commencer à converser

Entre votre pensée et votre parole, tout le chemin que fait votre cerveau pour produire la phrase est inconscient,
C’est donc lui qui choisit les mots malgré vous, il faut donc lui indiquer la bonne direction où chercher dans votre (grand ) cerveau.
Amorcez votre insconscient avec une intention neutre et bienveillante placée sur la colline de votre interlocuteur, les mots positifs viendront tout seuls — pour plus de détail et la mise en oeuvre, voir cet article

Ne vous justifiez pas

Dès que vous expliquez ce qui est sur votre colline, pourquoi vous avez fait telle action, que vous vous justifiez, vous ne pourrez éviter d’utiliser un langage réducteur et négatif

Placez vous sur la colline de votre interlocuteur

Plutôt que d’expliquer pourquoi vous ne pouvez pas (vous), expliquez plutôt ce que peut faire votre interlocuteur, ou que vous pouvez faire pour lui. (lui)

Un mot sur les tournures négatives  » ne … pas « 

Le cerveau inconscient ne connait pas la négation, « ne vous inquiétez pas« , il entend le mot inquiétez, quasi instantanément, le cerveau conscient fait la correction grâce à la syntaxe « ne… pas » mais le mal est fait, vous avez amorcé le cerveau de votre interlocuteur sur l’endroit où « inquiéter » est stocké dans sa mémoire, toutes les associations sont alors possibles et disponibles à la vitesse de l’éclair pour son cerveau insconcient.

Rassurez vous ;), vous pouvez tout de même utiliser des tournures négatives, elles font partie de la langue français et ont leur utilité

Bonne journée